Notion de RAW

Notion de RAW

 

RAW vs JPG : la comparaison

Le RAW est un négatif numérique qui enregistre 100% des informations de la prise de vue.
Donc ce fichier brut dit “non compressé” est très volumineux.
Pour imprimer ou envoyer votre photo sur internet vous allez devoir le dérawtisé.
Définition :  c’est l’action de transformer un fichier RAW dans un autre format comme le JPG.

L’extension d’un fichier RAW change selon la marque, par exemple :
.CR2 pour Canon
.NEF pour Nikon
.RW2 pour Panasonic Lumix
.ARW pour Sony
.RAF pour Fujifilm
.PEF chez Pentax
etc..

 

Avantage du format RAW

  • La flexibilité qu’il vous offre pour modifier votre image tout en gardant la qualité
  • La gestion de la balance des blancs
  • La gestion d’exposition qui est aussi en lien avec la gestion du bruit

 

Vous pouvez facilement monter une zone sombre en zone claire sur un format RAW que sur un JPEG.

 

L’inconvénient du format RAW

  • Les fichiers sont plus lourds
  • Vous mettrez moins de RAW que de JPEG sur votre carte
  • Il vous faut un ordinateur un peu plus costaud pour traiter les fichiers
  • Il vous faut aussi un logiciel spécifique pour utiliser vos fichiers RAW

 

 

 

Avantage du JPG

  • Son poids, il est facile à transferable par internet
  • Il ne nécessite pas de logiciel spécifique
  • Il peut être manipuler sur n’importe quel ordinateur
  • Il peut être transférer sur des smartphones

 

Inconvénient du JPG

  • Il est très dur à travailler sans perdre de qualité 
  • On ne peut pas non plus corriger la balance des blancs

On va me dire “ouais le problème des fichiers RAW c’est que l’on en stock moins dans une carte mémoire que des JPG”.

On trouve des cartes mémoires de 32 Go pour environ une vingtaine d’euros.

Les Logiciels de post-traitement

Je vais vous recommander “Lightroom” pour plusieurs raisons.

  • Pour le traitement des fichiers RAW
  • Pour l’organisation de vos photos

Pouvoir organiser sa bibliothèque de photos de la manière que vous voulez par mots clés, dates, etc.
Vous pouvez trouver “Photoshop CC” et “Lightroom” pour seulement 12€ par mois.
Dans cette formule, vous avez Lightroom pour gérer vos photos, stockage, développer etc… et Photoshop pour faire vos montages.C’est très intéressant et les mises à jour sont disponibles immédiatement et gratuitement.

Pour les moins fortunés d’entre vous, j’ai fait une petite recherche sur internet et je vous ai trouvé quelques logiciels gratuits qui fonctionnent pour MAC, PC WINDOWS ou PC LINUX.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les modes d’autofocus

Les modes d’autofocus

 

Qu’est ce que l’autofocus ?

L’autofocus (AF) est le terme anglais pour désigner la mise au point automatique.
C’est une fonction qui permet la mise au point automatique de certains systèmes optiques comme les appareils photo, leur permettant de régler la netteté du sujet
L’appareil photo a plusieurs façons de mettre au point, et cela peut changer beaucoup de choses.

 

L’autofocus ponctuel : AF-S ou One Shot

Ce mode autofocus s’appelle AF-S chez Nikon, Pentax et Sony.
Si vous avez du matériel Canon, vous devez sélectionner le mode One Shot dans les réglages de votre boitier.
Lorsque vous enfoncez le déclencheur à mi-course, l’appareil photo effectue la mise au point et la mémorise. Tant que vous maintenez votre doigt appuyé sur le déclencheur, la mise au point est conservée.
Ce mode convient bien pour des sujets statiques comme des paysages ou des objet immobiles mais aussi pour des portraits posés. A partir du moment où votre sujet ne bouge pas, c’est le mode à privilégier !
Si votre sujet présente un déplacement lent vous pouvez aussi utiliser ce mode. Mais vous devrez régulièrement relâcher le déclencheur puis l’enfoncer à nouveau pour mettre à jour la mise au point sur votre sujet.

 

L’autofocus continu : AF-C ou AI Servo

Avec ce mode autofocus, la mise au point se fait en permanence tant que le déclencheur reste enfoncé à mi-course.
Ainsi, si votre sujet s’approche ou s’éloigne, vous êtes certain que la mise au point se fait au bon endroit.
L’autofocus continu, vous l’avez compris, est idéal pour des sujets en mouvement : sportifs, animaux, enfants qui jouent, voitures, etc…
Pour tous ces sujets, la distance qui vous sépare du sujet varie beaucoup et vous avez besoin que la mise au point s’ajuste constamment.
Chez Nikon, Pentax et Sony, on parle de mode AF-C. Chez Canon  mode AI Servo.

 

L’autofocus automatique : AF-A ou AI Focus

Chez Nikon, Pentax et Sony ce mode s’appelle AF-A. Pour les canonistes, vous devez sélectionner le mode AI Focus.
Le mode autofocus automatique est une combinaison des deux modes précédents.
Cette fois-ci, l’appareil photo décide à votre place quel mode convient le mieux à la situation. Il « devine » si votre sujet est immobile ou en mouvement et sélectionne le mode qui lui semble le plus approprié.

 

Conclusion :

Le choix du mode autofocus dépend du type de sujets que vous photographiez.
Pour des sujets immobiles, privilégiez le mode ponctuel (AF-S ou One-Shot) voire éventuellement le mode Automatique (AF-A ou Ai-Focus).

Avec les sujets en mouvement ne vous posez pas de questions !
Pour maximiser vos chances de faire la mise au point au bon endroit, utilisez l’autofocus continu (AF-C ou Ai-Servo) de votre appareil photo .

 

 

 

 

 

Les modes de mesures de la lumière

Les modes de mesures de la lumière

Le mode de mesure évaluative

C’est le mode par défaut utilisé par votre appareil, il mesure la luminosité sur latotalité de l’image.

Il permet d’obtenir une image correctement exposée dans toutes ses parties, dans la limite des capacités techniques du matériel bien sûr.
Il fonctionne dans la plupart des situations.
Mais parfois, ce mode fonctionne assez mal si l’image est fortement contrastée :

  • contre-jour
  • photo de concert.

 

 Le mode de mesure spot

Ce mode mesure la luminosité uniquement sur la partie centrale de l’image.
Ceci représente environ 4 à 5% de l’image totale.
Il permet d’obtenir une exposition correcte du sujet quand le reste de l’image est éclairé de façon très différente.

C’est le mode idéal pour la photo de :

  • concert 
  • photographier la lune
  • les photos à contre-jour.

 

 

Le mode de mesure sélective

Canon a rajouté sur ses appareils le mode de mesure sélective : il fonctionne sur lemême principe que le mode de mesure spot, mais sur un cercle plus élargi, de l’ordre de 9 à 10% de l’image.

Il peut-être utile dans les mêmes situations, tout dépend de la taille du sujet dans le cadre et de son environnement.

 

 

Le mode de mesure pondérée centrale

La luminosité est mesurée prioritairement au centre, mais que le reste de l’image est également pris en considération. L’appareil photo mesure la lumière sur la totalité de l’image, mais donne plus de poids aux mesures effectuées au centre qu’à celles effectuées en périphérie.
Ce mode est un intermédiaire entre le mode de mesure évaluative et le mode de mesure spot.

 

 

 

 

La balance des blancs

La balance des blancs

 

Qu’est ce que la balances des blancs ?

La balance des blancs est l’opération qui consiste à corriger la colorimétrie d’une photo afin d’éviter toute couleur dominante.

Les appareils photo numériques ont des balances de blancs automatiques ou des modes préréglés (flash, tungstene, fluorescente, soleil…).

Vous pouvez également faire une balance des blancs personnalisée.
Ce sera la balance la plus juste. On utilise également une  charte de gris  (gris à 18 ou 25% selon les chartes) pour faire sa balance personnalisée.

 

Qu’est-ce que la température de couleur ?

Elle permet de déterminer la température d’une source de lumière et se mesure en kelvin. Un halogène correspond à 3200 kelvin environ par exemple, avec une dominante de couleur chaude.
En revanche, la lumière du jour varie entre 5400 et 6100 kelvin.
On compense la température de couleur ambiante en réglant la balance des blancs pour obtenir une photo avec une colorimétrie équilibrée.

1000-2000° K : bougie
2500-3500° K : ampoules à incandescence (tungstène)
3000-4000° K : lumière du jour au lever et au coucher du soleil
4000-5000° K : lampes néon
5000-6500° K : lumière du jour à midi sans nuage, flash
7000-9000° K : temps nuageux, couvert ou orageux

 

Trois exemples de réglages de la balance de blancs, pour une photo prise au flash (figure 1) :

  • Température de couleur trop froide, à dominante bleue;
  • Température correcte, sans dominante de couleur;
  • Température de couleur trop chaude, à dominante jaune.

 

L’importance d’une bonne balance des blancs est donc d’obtenir des couleurs qui soient fidèles à la réalité mais rien n’empêche de détourner la balance des blancs pour avoir des couleurs inhabituelles.

Pour ce faire, il suffit que votre balance des blancs soit réglée sur la température de couleur correspondant au type de lumière de votre photo.

Sur la plupart des appareils, la balance des blancs peut être gérée automatiquement.

Toutefois, dans certains cas, il peut être utile de régler manuellement la balance des blancs (pour faire de la photo de mode ou pour prendre une robe de marié.

 

 

 

 

Les différents modes de ton appareil photo

LES DIFFÉRENTS MODES DE TON APPAREIL PHOTO

 

– Le mode AV (priorité ouverture)
– Le mode TV (priorité vitesse)
– Le mode M (Mode Manuel)

Certain mode porte un autre nom selon le fabricant de votre reflex.

Les termes utilisés ici sont pour les appareils photos reflex canon.

 

Le Mode Priorité à l’Ouverture (Av ou A)

Le mode priorité ouverture permet de choisir une ouverture de diaphragme manuellement et ainsi de contrôler la profondeur de champs de votre image.
La profondeur de champ, c’est la zone sur laquelle une image est parfaitement nette.

L’ouverture contrôle la quantité de lumière qui atteint le capteur.

La vitesse et l’ouverture sont liées donc l’appareil photo va choisir automatiquement la vitesse en fonction l’ouverture que vous aurez choisie.

 

Le Mode Priorité à la Vitesse (Tv ou S)

Le mode priorité vitesse vous permet de choisir vous même le  temps de pose tandis que l’appareil photo sélectionne automatiquement une ouverture adaptée afin d’obtenir une exposition la plus convenable possible.

La netteté d’un sujet en mouvement va dépendre de la vitesse d’obturation choisie.
Voici un tableau qui donne quelques réglages (à adapter en fonction des circonstances).

 

Si vous désirez prendre une photo nette d’ un sujet mobile, sans avoir à suivre son déplacement

 

Le Mode Manuel (M)

Le mode Manuel très utilisé par les initié.

Vous êtes complètement libre de choisir votre couple vitesse et ouverture de diaphragme, ainsi que l’exposition.
Le posemètre de votre appareil photo numérique, vous indique tous de même si votre choix de réglage offre une exposition correcte.

Ce mode est très performant car il permet au photographe de prendre des photos dans toutes les circonstances et peut utiliser une correction de l’exposition suivant le sujet.

 

 

 

 

Gestion de l’exposition

GESTION DE L’EXPOSITION

 

Qu’est ce que l’exposition ?

L’exposition, principe fondamental de la photographie, est l’action qui permet de présenter à la lumière  une surface sensible (le capteur) pour former une image.

Autrement dit, elle représente la quantité de lumière qui illumine le capteur pendant une fraction de temps.

L’appareil photo est une sorte de boite étanche au jour. Il est équipé d’un objectif par lequel entre la lumière à travers une ouverture réglable appelé le diaphragme pendant un laps de temps contrôlé par l’obturateur.

 

Comment modifie-t-on l’exposition ?

L’exposition est influencée par 3 paramètres :

  • – La sensibilité ISO : c’est la sensibilité du capteur (ou de la pellicule pour les appareils photos argentique)
  • – L’ouverture du diaphragme : c’est le diamètre d’ouverture du diaphragme au déclenchement
  • – La vitesse d’obturation : c’est le temps pendant d’exposition à la lumière du capteur (ou pellicule)

Quand on augmente la sensibilité iso on n’augmente pas la quantité de lumière mais on double la sensibilité du capteur.

Quand on augmente l’ouverture, plus de lumière peut rentrer.

Quand on augmente le temps d’ouverture, plus de lumière peut rentrer.

Pour résumer, l’augmentation de la sensibilité, de l’ouverture ou du temps fait rentrer plus de lu

 

 

 

 

 

 

La vitesse d’obturation

LA VITESSE D’OBTURATION

 

La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement, c’est-à-dire le temps pendant lequel votre capteur est exposé à la lumière.
Cette durée d’exposition ou temps de pose est un des trois paramètres avec l’ouverture et la sensibilité ISO qui contrôle l’exposition de l’image.

 

Qu’est-ce-que l’obturateur ?

L’obturateur est le mécanisme permettant de laisser entrer la lumière sur la surface sensible (pellicule ou capteur) pendant une durée donnée.

 

Trois types d’obturateurs existent :

L’obturateur électronique : un signal va activer ou désactiver le capteur numérique de l’appareil. Il est d’une grande précision et agit sur une très large plage de vitesse. Il équipe la grande majorité des boitiers numériques, et il est couplé sur les reflex numériques à un obturateur mécanique.

L’obturateur mécanique : il se situe juste devant la surface sensible, au plus près du plan-focal ; on l’appelle aussi obturateur plan focal du fait de cette position. Son action est de s’ouvrir et de se fermer suivant le réglage sélectionné qui détermine ainsi le temps de pose. Il existe deux types d’obturateurs mécaniques : celui à lamelles métalliques, le plus répandu sur les reflex, et celui à rideau.

L’obturateur central : ce type de mécanisme en iris, composé de lamelles articulées (comme le diaphragme se trouvant dans les optiques) équipe les objectifs des appareils moyen format ou de chambres photographiques. Ce modèle d’obturateur précis ne va pas plus vite que le 1/500 s.

 

 

La durée d’exposition :

La vitesse est une grandeur de temps et elle s’exprime en secondes ou fraction de secondes en photographie ( 1s, 1/60, 1/500, etc…).

Comme nous l’avons dit plus haut, elle est gérée par l’obturateur. Les valeurs de la vitesse, donc du temps de pose, sont normalisées.

On trouve ainsi les valeurs : 4s – 2s – 1s -1/2s – 1/4s – 1/8s – 1/15s – 1/30s – 1/60s – 1/125ss – 1/250s – 1/500s – 1/1000s – 1/2000s -1/4000s voire 1/8000s et plus sur les boitiers haut de gamme.

 

 

La quantité de lumière exposant la surface sensible est multiplée ou divisée par 2 lors du passage d’une valeur à une autre.

Ainsi, lorqu’on passe d’une durée de 1/125 à 1/250 sec, la vitesse est deux fois plus courte : il rentre deux fois moins de lumière.

De même, de 1/60 à 1/30 sec, la vitesse est deux fois plus longue : il rentre deux fois plus de lumière.

 

Couple vitesse/ouverture:
Les programmes et modes automatiques des appareils photos gère l’exposition pour vous. Ils adaptent en fonction de la luminosité du sujet, pour une sensibilité ISO donnée, la vitesse d’obturation et l’ouverture du diaphragme.

Vitesse et ouverture sont liées pour obtenir une exposition constante quelque soit le réglage choisi par le calculateur interne du boitier : c’est ce qu’on appelle le couple vitesse/ouverture.

Par exemple à 100 ISO, si la mesure du sujet photographié donne les valeurs :
f/8 et 1/60 s

On pourrait tout aussi bien avoir les réglages suivants :
f/5,6 et 1/125 s – f/4 et 1/250 s  – f/11 et 1/30 s  – f/16 et 1/15 s

Comparons le couple f/8 et 1/60 s avec celui de f/11 et 1/30 s

A f/11, deux fois moins de lumière rentre qu’à f/8 et donc la vitesse est ajustée au 1/30 s pour augmenter la durée de deux fois plus qu’au 1/60 s.

L’exposition est donc constante entre ces deux couples.

 

Modification de la vitesse d’obturation:
Le réglage de la vitesse d’obturation est accessible sur le boitier par les deux modes suivants :

• Mode priorité à la vitesse , indiqué Tv ou S : vous réglez en priorité la vitesse, l’appareil adapte automatiquement l’ouverture et l’ISO (si vous êtes en ISO auto).

• Mode manuel , indiqué M : vous réglez la vitesse désirée par votre menu ou en tournant la molette sur le boitier.

Vous devez ajuster l’ouverture du diaphragme ou de l’ISO avec l’aide de l’indicateur d’exposition présent dans votre viseur ou votre écran de contrôle.

 

La sensibilité ISO

LA SENSIBILITÉ ISO

 

En fonctions des situations, je vous propose d’appliquer les réglages suivants:
100 ou 200 ISO : extérieur ou environnement lumineux
400 ISO : extérieur par temps couvert, clairière ou scène d’intérieur avec de la clarté
800 ISO : intérieur manquant de lumière (sous-bois dense, église)
1600 ISO : intérieur sombre (habitation avec peu de fenêtres ou en soirée)
3200 et plus : lieu très obscur ou conditions spéciales (spectacles, concerts, nuit tombée)

 

 

 

 

La profondeur de champ

LA PROFONDEUR DE CHAMP

 

Qu’est ce que la profondeur de champ?

 
La profondeur de champ est la zone de l’espace dans laquelle les éléments sont nets. Hors de cette zone, tout est flou.
 
Sa maîtrise permet par exemple de valoriser un premier plan en estompant son arrière-plan ou au contraire, de juxtaposer des éléments très distants. Bref, c’est un élément de mise en scène indispensable.
 
Parlons maintenant des objectifs. Ils sont caractérisée par leur focale. Les focales s’expriment en millimètres.
 
Un objectif de 28mm à focale courte est un grand angle qui permet le cadrage large d’un sujet rapproché.
Un objectif de 135mm à focale longue est un téléobjectif qui permet le cadrage serré d’un sujet éloigné.
 
Comme tous les objectifs, il est muni d’un diaphragme, qu’on appelle communément « diaph » et qui dose la quantité de lumière admise dans notre appareil.
 
Et bien ce diaphragme, « diaph », influence lui aussi la profondeur de champ.
On récapitule :
La profondeur de champ est la zone de l’espace dans laquelle les éléments sont nets. Plus la focale de l’objectif est courte, plus la profondeur de champ est grande. Plus le diaphragme est fermé, plus la profondeur de champ est grande.

A mémoriser :

Plus l’ ouverture est grande,  plus la   zone de netteté  est petite =  chiffre petit(F/2.8)
Plus l’ ouverture est petite,  plus la   zone de netteté  est grande  =  chiffre grand (F/22)

Plus la  focale est courte  =  chiffre  petit (18 mm),  plus la  zone de netteté  est  grande
Plus  la  focale  est  longue =  chiffre  grand (135 mm),  plus la  zone de netteté  est  petite